LES VISAGES DE LA CIRCONSCRIPTION – sYLVIE mONNIN

Pourquoi s’engager dans la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale et la gauche rassemblée avec Thomas Portes et Nadia Missaoui quand on est enseignant.e ?

C’est une évidence :

  • quand on a l’École publique chevillée au corps
  • quand on exerce dans un département et un quartier populaire au cœur des inégalités sociales, scolaires, territoriales…
  • quand vos élèves ont payé le prix fort de la fracture numérique durant la crise sanitaire, malgré l’engagement de leurs enseignant.es
  • quand leurs parents ont été les premiers de corvée et exclus du « quoi qu’il en coûte »
  • quand les enseignant.es ont subi cinq ans de mépris, de négation de leur expertise professionnelle, de dégradation continue de leur pouvoir d’achat
  • quand un enseignant débutant à bac +5 est recruté à 1,1 fois le SMIC…

JM  Blanquer laisse une école exsangue, des élèves fragilisés, des enseignant.es abîmé.es.

Et Emmanuel Macron ne compte pas changer de cap.

Ce qui vaut pour l’école, vaut pour tous les services publics, la santé, le pouvoir d’achat… Avec la NUPES et la gauche rassemblée, une occasion historique nous est donnée de déjouer le scénario de la macronie.

Parce qu’un autre monde est possible, je m’engage aux côtés de Thomas pour reconstruire une école émancipatrice, une école de l’égalité des droits, une école de la dignité pour toutes et tous.

Sylvie Monnin, Syndicaliste SNUIPP

Laisser un commentaire