En Circonscription

Depuis plusieurs semaines, de nombreux parents d’élèves, habitants et enseignants sont mobilisés contre la mise en place de la tenue obligatoire dans quatre écoles par le maire de Neuilly-sur-Marne.

Aujourd’hui, le conseil d’école de l’école élémentaire Louis Amiard vient de rejeter massivement l’idée d’un uniforme imposé, avec 2 fois plus de votes contre que de votes pour. C’est un désaveu majeur pour le maire dans sa volonté d’imposer une mesure dont personne ne réclame l’application. 

Les 200 000 euros d’argent public que coûtent cette mesure pourraient être investis pour rendre la cantine ou les fournitures scolaires gratuites, pour un véritable droit à l’éducation en Seine-Saint-Denis.

Alors que le maire de Neuilly-sur-Marne avait annoncé sur France Bleu Paris ne pas vouloir aller contre la volonté des personnes concernées expliquant “qu’il faut embarquer tout le monde sur un tel projet”, je demande officiellement au Maire de Neuilly-sur-Marne de retirer son projet d’uniforme dans l’ensemble des établissements de la ville.

J’étais présent le mardi 19 mars à Noisy-le-Grand pour la Commémoration du 62ème anniversaire du cessez-le-feu de la guerre d’Algérie.

Comme le rappelle si justement Henry de Montherlant dans Le Maître de Santiago : “les colonies sont faites pour être perdues”.

Puisse cette leçon de l’histoire porter ses fruits là où elle n’est pas encore entendue.

Alors que les fêtes de fin d’années arrivent, et que de nombreuses familles font face à de grandes difficultés en raison de l’explosion de l’inflation, j’ai pu échanger avec les responsables du Secours Populaire de Noisy-le-Grand. Grâce à leur campagne historique des “Pères Noël verts” ils collectent des jouets pour que les familles en difficulté passent les fêtes de fin d’année dans la dignité. Merci aux bénévoles pour leur engagement.

Le 24 novembre, j’étais présent à la cérémonie de naturalisation à la sous-préfecture de Raincy avec Nadège Abomangoli, pour féliciter les habitants de Seine-Saint-Denis présents pour l’obtention de leur nationalité française.


La naturalisation représente un processus souvent éprouvant pour les demandeurs, pouvant ressembler à un véritable parcours du combattant.


Depuis mon élection, j’interviens régulièrement auprès du Préfet et de la Sous-Préfète pour soutenir les habitants qui peinent à trouver un interlocuteur pour leurs démarches ou à obtenir un rendez-vous. De manière plus générale, les services publics préfectoraux en Seine-Saint-Denis font face à un déficit de personnel, accentuant le fossé entre les citoyens et les autorités administratives à l’heure même où la dématérialisation des démarches prend de l’ampleur.


Cette cérémonie a pris une signification particulière, avec l’approche de l’examen du projet de loi sur l’immigration, qui durcit l’accès à la nationalité française. Le gouvernement ouvre la voie, les sénateurs LR suivent, sacrifiant les principes républicains au profit d’une logique électoraliste visant à séduire les électeurs du RN.


Parmi les mesures répréhensibles, le projet allonge la durée de résidence à 10 ans et conditionne la naturalisation des personnes nées en France à un critère d’assimilation. Ils invoquent le mythe du “grand remplacement” et du “choc des cultures” pour promouvoir un agenda raciste.
Nous défendons au contraire la facilitation de l’accès à la nationalité pour les étrangers légalement présents, notamment le rétablissement du droit du sol pour les enfants nés en France, sous réserve de leur consentement.


Dès lundi en commission, nous nous élèverons avec détermination contre ces nouvelles dispositions.
Dans la lutte contre le racisme qui empoisonne la sphère politique, nous demeurerons inébranlables dans notre position anti-raciste et en faveur des droits des étrangers.

J’ai eu l’immense fierté d’accueillir mercredi soir à Noisy-le-Grand l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri auteur du livre « Prisonnier de Jérusalem ». Pendant plus de deux heures il est revenu sur l’enfer de la détention des prisons israéliennes, où il a été incarcéré à plusieurs reprises, sur la bataille pour les droits des prisonniers palestiniens mais aussi sur les partenariats entre la France et Israël concernant la gestion des prisons et leurs modèles de construction.

Au cours de ce moment fort en émotion Salah Hamouri a évoqué le massacre en cours à Gaza et en Cisjordanie et a salué les mobilisations massives qui ont lieu chaque samedi en France. Il a appelé à continuer ses mobilisations, et à les amplifier, et a souligné que leurs échos retentissaient chaque jour à Gaza et en Palestine.

Face à celles et ceux qui continuent de soutenir aveuglement un gouvernement qui se rend coupable chaque jour de crimes de guerre, je continuerai à porter la voix du peuple palestinien et à exiger un cessez-le-feu immédiat.

Nous ne laisserons pas le peuple palestinien se faire massacrer en silence.

Présent à l’inauguration de la caserne de sapeurs-pompiers de Neuilly-sur-Marne cet après-midi. Un bâtiment répondant aux besoins des sapeurs-pompiers qui seront mieux équipés et installés pour exercer leurs missions de protection et de secours à la population.

Chères Citoyennes, chers Citoyens,

Merci d’être venus ce soir pour cette deuxième édition de fête de la République que nous organisons ici à Noisy-le -Grand.

Je peux déjà vous annoncer que nous ferons la troisième édition l’an prochain à Neuilly-sur-Marne.

Nous ne sommes pas venus ici ce soir commémorer, mais célébrer ! Nous ne sommes pas venus ici nous souvenir, mais nous inspirer !

Au moment où nous célébrons cette fête de la République, Emmanuel Macron a fait le choix de recevoir sous les dorures de Versailles Charles III. Cette réception est tout sauf anecdotique. Elle en dit long sur ce Président qui se rêve en Monarque entouré de courtisans prêts à tout pour dominer le peuple.

Lui, qui se rêve en monarque devrait regarder les livres d’histoire. Le peuple français est tout sauf docile. C’est un peuple révolutionnaire assoiffé d’égalité et de justice sociale.

La France de 2023 prend sous certains aspects des aires de France de 1788. 4 ans avant la proclamation de la République, le pays est endetté. Pour remédier à cette situation, le peuple est écrasé sous des impôts divers et variés, mais certains en sont exemptés comme les nobles et les religieux. La France de 1788, comme le France de 2023, est une société de privilèges pour quelques-uns tandis que le grand nombre souffre.

Comment ne pas faire le parallèle avec cette France de 2023 où 43 % des Français ne peuvent pas consommer de fruits et légumes tous les jours, où 1 étudiant sur 2 a déjà supprimé un repas sur deux, alors que dans le même temps, le nombre de millionnaires a augmenté en 2022 pour placer la France sur la troisème place du podium mondial.

Et après, on va nous demander de faire des excuses à Bernard Arnauld pour avoir dénoncé son don de 10 millions d’euros au Restos du cœur ?
Pour rappel, si Bernard Arnault payait un impôt d’à peine 1 % sur sa fortune totale, cela représenterait un montant de 2 milliards d’euros, soit une somme 200 fois plus élevée que les 10 millions qu’il vient de débourser. Non, nous ne disons pas merci à Bernard Arnault.

Le parallèle avec 1788 ne s’arrête pas là. Dès la fin des années 1780, les mauvaises récoltes jettent à la rue les membres les plus fragiles des communautés. Les conditions climatiques sont épouvantables en 1788 avec une sécheresse au printemps, de violents orages le 13 juillet, provoquant de mauvaises récoltes et la hausse du prix des céréales et du pain. La rudesse de l’hiver qui suit fait grimper le prix du bois de chauffage. Là aussi, cela ne vient pas de nulle part. Ces crises frumentaires sont dues à la libéralisation du commerce des grains sous l’Ancien Régime qui a débuté en 1763.

Cette libéralisation était ardemment souhaitée par ceux que l’on appelle déjà les « économistes », qui en vérité sont des spéculateurs, qui considèrent que la liberté laissée aux négociants et le jeu d’une concurrence désinhibée sont l’unique moyen pour résoudre la lancinante question des subsistances dans la France d’Ancien Régime. Pour eux, déjà, le contrat social implicite selon lequel le roi s’engageait à défendre ses peuples contre la famine en échange de leur soumission n’a désormais pour les libéraux plus lieu d’être. Le marché et la libéralisation comme solution miracle à tous les problèmes.

231 ans après la proclamation de la République, les libéraux n’ont pas changé. Transport, énergie, éducation … Pour eux, seul le marché et la concurrence sauvage sont de natures à apporter des solutions aux problèmes de la vie quotidienne. En réalité, cette solution ne sert qu’à gaver les grandes entreprises sur le dos des gens, détruisant au passage les services publics.

La libéralisation du marché de l’énergie, conduite à marche forcée par l’Union européenne contre l’intérêt des peuples, en est le parfait exemple. En deux ans, le prix de l’énergie a augmenté de 31 %. Les factures à trois, voire quatre chiffres se multiplient prenant à la gorge des millions d’habitants.

Face au marché, nous demandons le retour des tarifs régulés et la mise en place d’un pôle public de l’énergie non soumis aux logiques de marchés. L’énergie, au même titre que l’éducation, la santé, le logement, est un bien commun qui doit être garanti à chaque citoyen.

Mais revenons aux années 1780, car c’est là que se trouvent les germes de la république, de la Révolution et de la commune de Paris. D’avril à mai 1775, la guerre des farines a lieu en France. En 17 jours, 180 conflits ont pu être recensés dans le Bassin parisien.

Pendant près de 4 ans avant la proclamation de la République, et je ne vais pas ici entrer dans les détails, deux légitimités s’affrontent : celle du roi d’un côté et celle des représentants du peuple de l’autre. C’est à cette histoire qu’il nous faut se référer pour comprendre pourquoi le 21 septembre 1792 est si important, et ce qu’il nous a apporté.

Le 21 septembre 1792, la 1re République était proclamée dans notre pays. Ou plutôt, car c’est inexact : la monarchie était abolie et, de fait, on décidait le lendemain de nommer de « l’an I de la République » tous les actes officiels.

Il faut imaginer ce qu’une telle proclamation pouvait représenter à l’époque. Toute l’Europe est gouvernée par des rois. Et voici que le peuple français fait tomber l’une des plus vieilles monarchies d’Europe, qui remonte à l’an 496 et au baptême de Clovis.

Et voici que le peuple français a abattu la monarchie dite « absolue » et « de droit divin ». Un peuple, notre peuple, vient de faire tomber plus de 1000 ans d’un système dans lequel un homme disait détenir un pouvoir illimité de Dieu lui-même. Un peuple vient d’affirmer par cet acte sa liberté absolue : celle de gouverner lui-même son pays, sans aucune tête couronnée au-dessus de lui. C’est un séisme qui fait trembler la terre entière. Plus de 230 ans après, l’histoire de la révolution est toujours controversée. Elle ne cesse de faire l’objet de calomnie, lui attribuant toutes les horreurs possibles, certains allant jusqu’à réhabiliter le roi. Disons les choses clairement, le roi était un traître à la nation qui conspirait contre la patrie pour rétablir ses privilèges ! Déjà, lui et ses amis n’avaient d’autre patrie que leurs privilèges.

Pourquoi célébrer cette date ?

D’abord, car c’est notre héritage. Ensuite pour ne pas oublier que nous sommes le peuple français qui a vaincu 1000 ans de monarchie et proclamé aux yeux du monde que les hommes naissent et demeurent libres et égaux. Enfin, car cette République est en danger.

La République, c’est la rupture pour créer un état nouveau fondé sur la liberté, l’égalité et la fraternité, quel que soit la religion, la couleur de peau, la langue. En République, le peuple est un et indivisible, car il a partout les mêmes droits et la loi s’applique pour toutes et tous, puissants et misérables.

La République n’a pas été faite pour les Français, elle a été faite pour des droits humains, applicables à toute personne humaine. La République française n’est pas occidentale, elle est universaliste. La République n’est pas un régime neutre.

Pourquoi est-elle en danger sous le règne du Monarque Emmanuel Macron ?

D’abord, car nous sommes dans un moment de bascule où la Police Républicaine est en train de disparaître. Alors que nous marcherons samedi, contre les violences policières, le racisme et pour la justice sociale, car personne n’a oublié le meurtre de Nahel, tué à bout portant par un policier.

Personne n’a oublié Adama Traoré, Alouhissen Camara, Cédric Chouviat, Mohamed Bendriss, Ibrahima Bah, Zineb Redouane, morts entre les mains de la police.

Personne n’a oublié les dizaines d’éborgnés, de mutilés après la mobilisation des gilets jaunes, pendant la réforme des retraites ou suite aux révoltes urbaines après la mort de Nahel.

Personne n’a oublié les 15 personnes tuées, en un an et demi, suite à un refus d’obtempérer.

Pourtant, rien ne change, pire les premiers responsables de la police ont apporté leur soutien total à des policiers factieux qui se sont mis en arrêt maladie pour soutenir des collègues qui avaient tabassé et laissé pour mort un jeune homme dans la rue. Je pense évidemment à Hedi, dont les images ont fait le tour du monde. Dans quel pays une police républicaine se comporte de cette manière ? Dans quel pays une police républicaine publie des communiqués de presse pour qualifier les jeunes des quartiers populaires de « nuisibles », tout en appelant à la guerre civile ? Dans quel pays des syndicats policiers demandent une justice d’exception pour des policiers ? Dans quel pays des policiers manifestent aux cris de « le problème de la police, c’est la justice » ? Nous avons raison de demander la refonte de la police de la cave au grenier !

L’article 12 de la déclaration des droits de l’homme est du citoyen de 1789 indique que « La garantie des droits de l’homme et du citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée ».

Aujourd’hui, la police est aux ordres du pouvoir pour faire taire les colères populaires. Nous savons trop bien ici en Seine-Saint-Denis, laboratoire des violences policières, combien cette police s’inscrit en dehors du champ républicain quand elle passe à tabac des jeunes, quand elle les contrôle 10 à 15 fois par jour, en raison de leur couleur de peau.

Combien d’exemples avons-nous autour de nous, de mamans qui ont peur le soir pour leurs enfants quand ils sont dehors ? Combien de personnes disent ne plus venir en manifestation car elles ont peur ?

Est-ce normal de craindre pour sa vie en présence de la police ? Non.

Non, nous ne détestons pas la police. Nous détestons celles et ceux qui se comportent comme des violents, des racistes, qui mettent à mal le lien de confiance entre la police et la population. Certains se scandalisent de voir dans les manifestations le slogan « tout le monde déteste la police ». Dire que nous le comprenons, ce n’est pas dire que nous le partageons. Mais ces mêmes personnes, qui depuis leurs plateaux télés et leurs sièges confortables dans leurs beaux quartiers poussent des cris d’orfraies, combien ont-elles vécu de contrôle de police dans leur vie ? Combien de fois ont-elles été victimes de racisme de la part de la police ou de tout autres institutions ?
Notre rôle de responsable politique, c’est de trouver des solutions politiques à cette situation. Oui la police tue, c’est un fait. Oui l’institution policière est en proie à un racisme systémique. Oui l’IGPN couvre les policiers violents.

Aussi, nous continuerons à porter nos propositions (indépendance de l’IGPN, abrogation de la loi Cazeneuve de 2017, dissolution de la bac, retour d’une police de proximité, etc.) pour mettre fin à cette situation et refaire de la police, une véritable police Républicaine.

Éducation

Parce que nous nous trouvons encore dans l’engrenage d’une rentrée scolaire rythmée par les difficultés, une rentrée qui détonne largement avec les discours d’autocongratulation de Gabriel Attal et des macronistes, je dois dire quelques mots du droit à l’éducation. 

Trop occupé à faire avancer son agenda raciste, Gabriel Attal, dans la droite ligne des précédents ministres, ne s’est pas préoccupé des vrais sujets qui préoccupent l’école : le manque de professeurs et d’infirmier scolaire, un matériel informatique désuet ou non fonctionnel, ou encore des classes surchargées et surchauffées.

La France a parcouru un long chemin pour devenir Laïque et en France, l’école de la république est laïque. Aristide Briand, rapporteur de la loi de 1905, a été clair : « Pour l’État, il n’y a pas de vêtement religieux ou non-religieux ».

Plus d’un siècle plus tard, on a oublié le plus fondamental : la loi de 1905 était avant tout une loi de liberté.

Désormais, on instrumentalise la laïcité à des fins islamophobes et on montre du doigt et stigmatise des jeunes femmes musulmanes.

En 1798, les rédacteurs de notre déclaration des droits de l’homme et des citoyens ont voulu inscrire dans le marbre les mots suivants : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme ».

Restons dans l’esprit des révolutionnaires de 1789, du côté de la liberté de conscience, du droit à l’éducation et de l’intérêt supérieur de nos enfants.

Immigration

Enfin, et je vais terminer là-dessus, c’est sans doute une leçon pour le présent, au moment où la loi immigration arrive dans le débat.

Voici ce que dit la Constitution de la 1re République à son article 4 concernant l’accès à la citoyenneté : « Tout homme né et domicilié en France, âgé de vingt et un ans accomplis ; – Tout étranger âgé de vingt et un ans accomplis, qui, domicilié en France depuis une année – Y vit de son travail – Ou acquiert une propriété – Ou épouse une Française – Ou adopte un enfant – Ou nourrit un vieillard ; – Tout étranger enfin, qui sera jugé par le Corps législatif avoir bien mérité de l’humanité – Est admis à l’exercice des Droits de citoyen français ».

On le voit, le lieu de naissance n’est pas le sujet pour la République. Ce qui compte, c’est la volonté de vouloir faire partie de la Nation. Il n’est ni question de religion, ni question de couleur de peau.

La République, celle dont on parle depuis tout à l’heure est une République démocratique, sociale et, surtout, antiraciste.

Et c’est pourquoi ceux qui l’ont utilisé pendant la colonisation pour justifier les pires horreurs, et qui l’utilisent aujourd’hui pour refuser l’accueil aux plus fragiles, en ont trahi le sens et les valeurs.

Depuis l’arrivée récente d’exilés sur l’Ile de Lampedusa, la droite et l’extrême droite agitent tous leurs fantasmes racistes.

Non, il n’y a ni appel d’air, ni submersion migratoire, ni grand remplacement. La France est l’un des pays où l’immigration est la plus faible en Europe de l’Ouest et consacre moins de 1 % de son budget à des programmes spécifiques pour l’immigration.


La France, avec la complicité de l’Union européenne, mène une politique sécuritaire qui se traduit par des constructions de murs entre les pays, la militarisation des frontières et des violations graves des droits humains. Elle sous-traite la gestion des migrants à des régimes autoritaires, augmentant la répression et la chasse aux exilés. Dernier en date : le protocole d’accord signé en juillet dernier avec la Tunisie, pays où ont pourtant été dénoncées de multiples violations des droits des migrants.

Le bilan est catastrophique : la Méditerranée est devenue le plus grand cimetière à ciel ouvert avec 50 000 personnes mortes ou disparues depuis 20 ans. La désorganisation des États de l’Europe forteresse a fait la preuve de ses limites et de son inhumanité.

Lorsque certains instrumentalisent des questions identitaires, pendant que d’autres regardent la situation avec indifférence, notre rôle est de rappeler à l’ordre les responsables de cette situation : le capitalisme et l’impérialisme.

Les responsables sont ceux qui exploitent les ressources naturelles de l’Afrique, des gens comme Bolloré, qui a fait sa fortune, pendant plus de 35 ans, sur l’exploitation forestière et le commerce des bois tropicaux africains.

Les responsables sont ceux qui mènent des politiques capitalistes et impérialistes qui causent des vagues de migrations vers l’Europe, forçant des milliers de personnes à risquer leur vie pour échapper aux guerres, à la crise climatique et à la misère.

Le sujet de l’immigration est donc d’autant plus important qu’il se trouve au croisement de plusieurs luttes : celle de l’antiracisme, contre le capitalisme, l’impérialisme et l’extrême droite.

À l’heure où les politiques entendent encore s’en prendre aux droits des migrants, nous devons rester fidèles à l’histoire de la France et nous engager pour le respect des droits fondamentaux des exilés.

Célébrer, c’est préparer de grands événements.

Alors que dans toute l’Europe, les forces d’extrême-droite et de droite se coalisent contre la liberté et la démocratie, nous sommes le dernier rempart pour faire vivre la République.

L’heure appelle les caractères.

L’heure appelle à la résistance populaire.

Vive la France ! Vive la Révolution ! Et, surtout, vive la République !

Ce vendredi, j’ai visité les locaux de l’association Noisy-Liens qui oeuvre, depuis 2008, en faveur de la solidarité, du développement durable et de l’insertion professionnelle.

Grâce à une dizaine de salariés et une soixantaine de bénévoles, et via un cycle vertueux de recyclage des dons, cette structure propose une boutique de vêtements de qualité à des prix accessibles ainsi qu’un accompagnement personnalisé pour les demandeurs d’emploi.

À l’heure où l’habillement n’est pas épargné par l’inflation, où l’industrie du vêtement est l’une des plus polluantes et où les demandeurs d’emploi sont de plus en plus isolés, l’activité de cette association est plus qu’indispensable.

Merci pour l’accueil chaleureux des responsables et bénévoles et rendez-vous les 13 et 14 octobre, devant le centre commercial des ARCADES, pour participer à leurs ventes de seconde main.

Ce week-end j’ai pu échanger avec les acteurs du monde associatif au forum des associations de Gournay-sur-Marne, Neuilly-sur-Marne et de Neuilly-Plaisance.

C’est toujours un plaisir pour moi de partager ces moments avec les habitantes et les habitants où les maîtres mots sont solidarité et convivialité.

Aux côtés des enseignants, des élèves et de l’ensemble de la communauté éducative au collège Jacques Prévert à Noisy-le-Grand, au collège Eugène Carrière à Gournay-sur-Marne et au lycée Nicolas Joseph Cugnot à Neuilly-sur-Marne.

Du manque d’enseignants aux salles de classes surchauffées en passant par des outils informatiques qui ne marchent pas, une accessibilité pour les PMR absente, la médecine scolaire et les transports, j’ai pu échanger avec le personnel et les élèves sur la situation de l’éducation nationale et les problèmes qu’ils doivent affronter au quotidien.

Loin des polémiques sur l’abaya ou l’uniforme, l’éducation nationale mérite d’être traitée autrement. Bravo à l’ensemble de la communauté éducative qui mène un travail extraordinaire, trop souvent avec un manque de moyens évidents qui pénalise les élèves et dégrade les conditions de travail des enseignants.

Jeudi 7 septembre, j’étais aux côtés des parents d’élèves de l’école des Coteaux à Noisy-le-Grand pour dire non à la fermeture d’une classe de maternelle. Le nombre d’élèves va passer de 24 à 30 par classe. Des conditions indignes pour les élèves et les enseignants !

L’après-midi des parents d’élèves de se sont rendus devant l’académie pour s’opposer à la fermeture de cette classe. Ils ont été accueillis par la police qui leur a interdit l’entrée. L’Éducation Nationale version Gabriel Attal. Une honte.

Signez la pétition pour dire non à la fermeture de classe et leur apporter votre soutien !

J’étais dimanche 2 juillet à Noisy-le-Grand pour assister à la finale de la Coupe des Nations.

Un moment convivial permis grâce au formidable travail de l’association Indeme.

Bravo au Portugal qui a gagné face au Sénégal après une belle finale.

Vivement l’édition 2024 !

J’ai eu le plaisir d’échanger avec les membres de l’association P2I à Noisy-le-Grand qui mène de multiples actions pour l’intégration et l’insertion des habitants.

De l’accompagnement à la scolarité à la cuisine d’insertion en passant par des ateliers numériques, les cours d’alphabétisations les bénévoles de cette association mènent un travail de terrain formidable.

Les 22 salariés et les dizaines de bénévoles sont des point d’appuis essentiels pour des centaines d’habitants de la ville de Noisy-le-Grand.

Au lendemain de l’appel du communiste Charles Tillon, le Général de Gaulle lançait depuis Londres son appel à résister.

Ce 18 juin 2023 souvenons nous de toutes celles et ceux qui se sont levés pour résister, combattre la barbarie nazie et refuser la collaboration de Vichy.

Cet appel à ne pas se résigner et à résister pose les bases de la création et du programme,du Conseil national de la Résistance.

voilà

Superbe moment à Noisy-le-Grand avec le diffusion du documentaire de l’association Humanit’Aide sur son voyage au Sénégal pour aider à la rénovation d’une école. Bravo aux militantes et militants pour ce beau projet de solidarité et de fraternité.

J’étais ce matin à Neuilly-sur-Marne pour exiger aux côtés de milliers d’habitants le prolongement de la ligne 11 du métro.

En plus de répondre à un enjeu écologique, ce projet permettait de désengorger la fréquentation des RER A et E, décharger les axes routiers et permettre une alternative à la ligne de bus 113, particulièrement saturée.

Des milliers d’habitants se sont installés sur le site de Maison Blanche à Neuilly-sur-Marne avec la promesse d’être proche d’une future station de métro.

À l’heure de l’urgence écologique, nous avons besoin de transports publics de qualité, accessible à toutes et à tous.

Les habitantes et habitants de#Neuilly-sur-Marne, Noisy-le-Grand et Villemomble comme de l’ensemble de l’Est de la Seine-Saint-Denis ne sont pas des citoyens de seconde zone !

Nous ne lâcherons pas et je serai de toutes les batailles pour que cette ligne 11 promise et espérée par les habitantes et les habitants soit enfin livrée.

Au programme passage à la journée sur la sensibilisation au TDAH (Trouble du Déficit de l’Attention avec/sans Hyperactivité) organisée par l’association Parents engagés. Merci à Sébastien Marchand pour le travail effectué sur un sujet méconnu alors que les experts estiment que 3.5 à 5.6 % des enfants scolarisés souffriraient de TDAH en France.

Ensuite moment convivial à la fête de quartier de La Varenne aux côtés des habitantes et des habitants.

Samedi 3 juin j’ai participé à la fête du Champy à Noisy-le-Grand. Un beau moment convivial avec les habitantes et les habitants. C’est toujours un plaisir d’échanger avec les acteurs associatifs qui s’engagent au quotidien pour faire vivre la solidarité et l’intérêt général.