« Chaque génération doit dans une relative opacité découvrir sa mission, la remplir ou la trahir. » Ces mots du psychiatre et essayiste Franzt Fanon, Aziza aime les citer. Sûrement parce qu’ils résument bien sa propre quête.

A tout juste 25 ans, la jeune juriste en droit du travail se réclame de la gauche radicale et revendique un parcours militant forgé dans les luttes. « J’ai croisé très tôt l’islamophobie et bien sûr je sais ce que signifient la liberté de religion et la liberté de conscience » argumente-t-elle. Elle connaît également la galère étudiante. Pas étonnant alors que l’exigence de redistribution sociale et d’égalité de droits reviennent souvent dans ses propos.

Le bac en poche, Aziza part étudier à la fac de droit de Lyon. Dans les années 2014/2015 elle rejoint le PG qu’elle quitte pour le NPA. « J’ai préféré son affichage clairement anticapitaliste et son positionnement sans ambiguïté sur le Burkini. »  Valls alors Premier ministre de la France soutient les arrêtés locaux pris contre son usage, alimentant un climat anti-musulmans. Sur le plan social, le même impose la loi El Khomri qui met à mal des décennies des conquêtes sociales des salariés. « La mobilisation contre la loi Travail qui suit va marquer ma trajectoire personnelle. Elle m’emmène à me spécialiser en droit du travail. » confie Aziza qui souligne aussi suivre assidûment Nuit debout : « Je trouve dans ces espaces de paroles ouverts à tous  une merveilleuse entrée en matière. » Pour la jeune femme, l’année 2016 constitue un moment de politisation intense.

Poursuivant ses études à Paris, elle s’installe à Neuilly-sur-Marne où les loyers sont moins chers. Un master 2 plus tard, elle entre comme juriste dans une entreprise. Nous sommes en 2021, le quinquennat Macron a dopé les financiers, et l’extrême droite hausse le ton. Eric Zemmour se lance dans la Présidentielle mêlant « une islamophobie décomplexée » et une idéologie antisociale et anti-pauvres assumée. Pour Aziza, impossible de rester inactive face à ce rouleau compresseur régressif. Le bon niveau de riposte, elle le trouve dans le programme « l’avenir en commun » et la candidature Mélenchon. « Il y a du courage dans ses positionnements. Pour ne citer que la dénonciation des violences policières et l’exigence de dissolution de la BAC ou la lutte contre l’islamophobie et l’abrogation de la loi séparatiste. Sans perdre de vue la radicalité sociale avec la règle verte ou la défense des services publics. » Elle va d’abord donner un coup de main au député Eric Coquerel puis rejoint le groupe local LFI où elle rencontre Nadia Missaoui, aujourd’hui binôme de Thomas Portes dans la circonscription. « C’est un collectif très actif où je me retrouve à 100%. J’y trouve tout de suite ma place. » Elle décide aussi de s’impliquer dans le groupe jeunes de Union populaire, est présente dans les permanences mobiles, portes à portes et initiatives de campagne.

« Le lundi matin (11 avril) a été dur parce que nous sommes passées à très peu du 2ème tour. Mais très vite j’ai réalisé que 22% c’est énorme. Mélenchon est déjà le Président des DOM-TOM, des jeunes, des quartiers populaires. Il est le référent de la gauche. L’espoir est là. Aujourd’hui je mets toute mon énergie pour faire élire Thomas et Nadia. » Son prochain objectif, l’instauration de la 6ème République, enfin !

Un commentaire

  1. Déterminée, combative et convaincante ainsi est Aziza qui ne s'en laisse pas conter, et qui jamais ne cède à qui veut la défier

    Déterminée, combative et convaincante ainsi est Aziza qui ne s'en laisse pas conter, et qui jamais ne cède à qui veut la défier

    Ainsi est Aziza, combative et convaiquante, qui ne s’en laisse pas conter et qui ne cède jamais à qui veut la défier…

Laisser un commentaire