EDITO – Remaniement, changer pour mieux continuer.

Le suspense a pris fin ce matin. Emmanuel Macron a enfin dévoilé son « nouveau » gouvernement. Un constat simple, il ne s’agit pas d’un remaniement mais d’un jeu de chaises musicales qui confirme que personne ne veut rejoindre un Président sans majorité, élu par défaut face à l’extrême droite. Seuls les derniers soldats radicalisés de la macronie viennent d’accepter une mission « suicide ». Ils couleront avec le radeau jupitérien. 

Deux faits sont à souligner. D’abord l’arrivée du nouveau Ministre de l’écologie Christophe Béchu. Surprise absolue qui témoigne combien les choix politiques d’Emmanuel Macron, condamné à deux reprises pour inaction climatique, n’ont pas suscité d’engouement chez les potentielles cibles écologiques envisagées pour rentrer au gouvernement. En 6 ans au Sénat, le Maire d’Angers n’a pas déposé un seul rapport ni effectué une seule intervention en séance publique au sujet de l’écologie. Son fait d’arme ? Avoir mené une opposition farouche au mariage pour tous, en allant jusqu’à signer une tribune contre le mariage pour tous dans Valeurs Actuelles. Tout un programme.

Ensuite, et alors que nous allons de nouveau affronter un été où le système hospitalier est dans une extrême souffrance, l’arrivée de François Braum comme Ministre de la Santé laisse craindre le pire. S’il aime à se présenter comme médecin urgentiste au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France, il s’agit avant tout d’un idéologue. Pendant la campagne présidentielle, il était conseiller de Macron pour les questions de santé, et c’est lui qui vient de remettre les recommandations de la mission flash sur les urgences que lui avait demandé … Emmanuel Macron. Que préconisent-elles ? Une rupture totale du service public. En effet dans les 41 recommandations, le nouveau Ministre François Braum affirme qu’il est nécessaire de fermer temporairement certains services d’urgence, notamment la nuit.

C’est clairement une proposition qui acte la mise à mort de l’égalité aux soins. Pour nous, il n’y pas d’autre option que d’avoir un service d’urgence à 30 minutes de chez soi, ouvert 24 heures sur 24 et 365 jours par an. Sans cela, c’est une perte de chance pour les patients, ou pour parler plus clair, accepter que des gens meurent au nom des politiques d’austérité.

Et pour clôturer la journée, sans surprise, Olivier Véran, nouveau porte-parole du gouvernement, a annoncé qu’Elisabeth Borne ne se soumettrait pas à un vote de confiance devant l’Assemblée nationale.

Nous déposerons donc une motion de censure.

Laisser un commentaire